// Randomize Slider accueil

J’ai cherché une pétition à signer pour affirmer mon opposition au projet de modification de la constitution que vous envisagez mais les seules que j’ai trouvées étaient soit trop intellectuelles, soit trop virulentes et quasiment toujours prétexte à polémique politicienne.

J’ai donc décidé de m’adresser à vous directement, chers gouvernants et représentants de la république.

Je suis opposé à cette mesure pour 3 raisons qui me semblent simples et sur lesquelles je pense que pourraient se retrouver de nombreux citoyens démocrates, sans parti pris ni arrière-pensée politique :

1. Cette mesure est discriminatoire

Vouloir déchoir des binationaux et uniquement eux est une mesure discriminatoire même si ce n’est pas son but premier. Quelle drôle de logique (et de symbole ?) de dire qu’un terroriste qui aurait une « nationalité de secours » pourrait perdre la nationalité française là où celui qui n’est « que français » devrait le rester… Le but serait donc de couper une main aux voleurs, sauf pour les voleurs manchots ?

2 C’est une atteinte aux valeurs fondatrice de notre république

Changer la constitution pour cela sous-entend donc que cette mesure touche au cœur même de ce qui régit notre république. Or pour moi notre nation a pour socle les 3 piliers de sa devise… allez, je vous les rappelle : liberté, égalité fraternité.
Bon, je ne me fais pas d’illusion sur le désir de fraternité d’un terroriste ou sur le bien-fondé de parler de sa liberté d’agir mais avez-vous pensé à tous les autres ?
Je pense moi, bêtement, à tous ceux qui sont binationaux sans être terroristes… Je ne suis pas statisticien ni sondeur mais je suis certain qu’ils sont dans leur quasi-totalité pacifiques, attachés à la France et à ses valeurs. Peut-être parfois même davantage que nous qui n’avons « que » ce pays pour patrie. A tout ceux-ci, aux français expatriés qui ont pris une autre nationalité comme à ceux qui, arrivés sur notre sol s’y sont enracinés en devenant « en plus » français, vous déniez le principe d’égalité.
Car instaurer solennellement comme vous le faites une distinction entre les français crée un précédent dangereux que  d’autres que vous n’auront aucun mal à exploiter.

3 Renier n’est pas la solution

En agissant ainsi et en prétextant « l’acte symbolique » vous accumulez les erreurs :

– Vous répondez par l’émotion (le calcul ?) à des événements que nous, vos concitoyens et administrés, vous demandons de gérer avec la grandeur et la sérénité qui incombent à votre fonction.

– Vous créez la division entre nous et au sein de vos propres amis alors que vous prôniez l’entente, l’unité nationale pour affronter ces temps troublés.

– Vous faites le jeu de ceux que nous combattons: il me semble que ces terroristes se moquent bien de leur nationalité car ils ne viennent pas pour « changer la France » mais bel et bien pour la détruire.

– Lorsque l’on a une épine dans le pied, prétendre qu’elle n’est pas à nous ne la fait pas « sortir » et n’atténue pas la douleur. Je veux dire par là que ces hommes et ces femmes, criminels, fanatisés, terroristes et français ne seront pas moins criminels, fanatisés et terroristes lorsqu’ils ne le seront plus. Et nous, peuple de France, ne serons pas davantage vertueux ou absouts de notre éventuelle responsabilité sociale ou politique en les reniant.

 

Voilà pourquoi je dis non à ce projet et vous demande de l’abandonner. Car, comme nombre de ceux qui s’opposent à cette déchéance qui serait aussi un peu la nôtre, je ne suis « que » français. Mais je suis fier de l’être et voudrais le rester.

Ce message ne vous arrivera probablement pas directement mais j’espère au moins que d’autres français s’y reconnaîtront et que l’écho de notre désapprobation vous parviendra et vous ramènera à la raison.

Cordialement,

Thierry, 53 ans de vie française